2 réflexions au sujet de « Le suffisamment bon (good enough) dans les métiers du web »

  1. Le gros problème en réalité, c’est la définition même du besoin du client. Au delà des problématiques du cahier des charges, des délais ou du budget, le problème est que soit le client ne sait pas trop ce qu’il veut, ou alors il le sait mais il part dans le mauvais sens.

    Là où un bon développeur ou graphiste saura tirer son épingle du jeu, c’est de justement réussir à dépasser le cahier des charges et de réellement communiquer avec son client pour enfin aboutir à un travail de qualité, original et permettant un réel retour sur investissement.

  2. Très bonne réflexion sur ce qui fait une des spécificités du médium « Web ». Il aurait été bon de souligner toutefois que pour certains aspects (liés à la sécurité ou l’accessibilité par exemple), « good enough » est au final une exigence de perfection. Voir à ce sujet l’article de mon très estimé collègue Jean-Pierre Villain: « L’accessibilité est-elle soluble dans la qualité? »: http://j.mp/taoZVx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>